Quoi que l’on pense de ce chamboulement majeur, nos modes de vie se sont mis à l’heure du tout-informatique, de la généralisation des technologies numériques et du développement du télétravail. Pendant ce temps, « nos maisons continuent d’être conçues comme il y a trente ans, sans tenir compte de ces évolutions ni incorporer en amont la moindre réflexion sur l’intégration de solutions innovantes».
Partant de ce constat pour le moins paradoxal, François-Xavier Jeuland décrit, dans un récent ouvrage (François-Xavier Jeuland, La maison communicante, Eyrolles, 2005, 306 pages), ce qu’il appelle un « habitat contemporain », qu’il s’agisse d’une construction neuve ou d’une restauration, d’une maison ou d’un appartement, d’une habitation principale ou d’une résidence secondaire.

Solutions de la maison communicante domotique

Les solutions proposées sont , nous assure-t-on, simples et « pas forcément plus onéreuses ». Elles sont surtout disponibles sur le marché et ont prouvé leur efficacité. Destiné au particulier comme au maître d’œuvre et à l’installateur, l’ouvrage en dresse l’inventaire :

  • centralisation des commandes d’éclairage, de chauffage, d’automatisme, d’électroménager ou de sécurité ;
  • gestion de l’installation à distance par téléphone ou par Internet ;
  • signalisation, en cas d’absence, de tout incident ou dysfonctionnement ;
  • interconnexion des équipements de télévision, home cinéma et téléphonie pour un réseau audiovisuel cohérent.

Bref, sans pour autant être équipées de gadgets à gogo, nos modernes demeures vont devenir plus fonctionnelles, plus autonomes, plus sûres et économes. Le conseil est clair et direct : « Si vous suivez la méthodologie proposée et respectez le type d’infrastructure préconisé dans l’ouvrage, votre habitation sera assurément plus confortable et plus facile à vivre. Vous disposerez alors d’un habitat contemporain prêt à s’adapter aux besoins de demain. »

Il semblerait que le terme de « domotique » soit en perte de vitesse, au profit de « l’intelligence ». Qui s’en plaindrait ? Sachons toutefois qu’ « avant de parler de maison intelligente, il faudrait commencer par concevoir intelligemment nos maisons ». Chiche !